Actualités & Presse P&G France

Ecologie et économie font bon ménage à l’usine P&G d’Amiens

Pour réduire sa consommation énergétique alimentant ses machines, l’usine P&G d’Amiens a investi dans une nouvelle unité de production d’air comprimé produit par quatre compresseurs abrités dans un nouveau bâtiment. Cette installation est unique au monde.
Jeudi, Avril 2, 2015 1:58 pm CEST

A Amiens sont fabriquées près de 100 millions de caisses de détergents et adoucissants pour l’Europe par an. Pour ce faire, 20 000 m3 d’air par heure sont consommés, un air fabriqué par ces compresseurs. Cet air comprimé a notamment pour fonction de nettoyer les kilomètres de  tuyauterie et d’actionner les machines de conditionnement, puis celles vissant les bouchons sur les bouteilles de lessive. Ce nouvel équipement a été élaboré en partenariat avec Atlas Copco, un groupe suédois, dont une unité est basée en France dans le Val d’Oise.

 

La nouvelle unité de production d’air comprimé (deux compresseurs sur quatre en production et deux autres en secours) porte ses fruits en matière de qualité de l’air comprimé. Laurent Swiathy, responsable maintenance du site, indique qu’elle permet d’éviter toute contamination microbienne des produits en limitant la présence d’eau à 0,01 milligramme par mètre cube d’air.

Cet équipement permet de diminuer la quantité d’énergie nécessaire pour produire l’air comprimé. Résultat : amélioration de la productivité et baisse de la consommation d’énergie. Il baisse la facture énergétique de 800 000 kw/h par mois, soit une économie de 50 000 euros mensuels. L’économie en gaz n’est également pas négligeable puisque la vapeur d’eau résultant de l’activité des compresseurs est récupérée afin d’alimenter la chaufferie du site. L’eau servant à produire de la vapeur  dans l’usine est ainsi chauffée de 15°C à 85°C grâce à cette récupération calorifique. Le gaz prend alors le relais pour augmenter la température à 100°C, température nécessaire aux besoins de l’usine en vapeur.

En économisant l’énergie, en recyclant l’eau, les cartons et tous les plastiques, l’usine d’Amiens est devenue un des meilleurs élèves du groupe P&G en matière de protection de l’environnement et en matière de rentabilité.

Laurent Swiathy, responsable maintenance dédié à l’énergie, sur le site d’Amiens

  

Par ailleurs, P&G et Constellation, une filiale d'Exelon, annonçaient le 18 mars dernier le développement d'une centrale de biomasse pouvant produire jusqu'à 50 mégawatts pour soutenir l'exploitation de l'une des plus grandes installations de P&G aux États-Unis. La centrale augmentera sensiblement le quota d'utilisation d'énergie renouvelable de P&G, contribuant à rapprocher la société de son objectif : obtenir 30% de son énergie à partir de sources d'énergie renouvelable d'ici 2020.

Chargée de la construction, Constellation possédera et exploitera la centrale de cogénération de 200 millions de dollars qui fournira de la vapeur à l'usine de fabrication de papier de P&G d'Albany, dans l'État de Géorgie, et générera de l'électricité pour les services publics locaux, Georgia Power.

Les activités de construction ont déjà commencé sur le site de la centrale, qui devrait être commercialement opérationnelle en juin 2017. La construction devrait créer jusqu'à 500 nouveaux emplois au cours des deux prochaines années, avec 50 à 70 emplois locaux permanents supplémentaires pour l'exploitation continue une fois la centrale construite.

Lien vers le communiqué de presse relatif à cette annonce (en anglais)

 

Multimedia

All Other Multimedia: 
Preview image

Contacts presse

Contactez l'un de nos contacts-presse.

Flux RSS